F.R.M.C: Home Actualités Le président de l’UCI, maire de Sarzeau, David Lappartient, a reçu mercredi soir des mains de Christian Estrosi la "Marianne d'Or" qui récompense le maire de l'année.

Le président de l’UCI, maire de Sarzeau, David Lappartient, a reçu mercredi soir des mains de Christian Estrosi la "Marianne d'Or" qui récompense le maire de l'année.

David Lappartient président de l'Union Internationale de cyclisme, le premier magistrat de la mairie de Sarzeau, a reçu, mercredi soir, dans le salon d'un grand hôtel parisien, la Marianne d'Or qui récompense "le maire de l'année", tous domaines confondus.

David Lappartient a fait le choix d'une cérémonie en petit comité, ce qui ne diminue en rien son plaisir d'obtenir cette Marianne d'Or qui, depuis près de 35 ans, suscite la convoitise des maires. Et c'est à Christian Estrosi, son homologue de Nice, ancien titulaire de la récompense, qu'il a demandé de lui transmettre la lourde statuette.

 

Récemment élu à la présidence de la puissante UCI (Union cycliste internationale), David Lappartient a renoncé à d'éventuelles responsabilités politiques nationales, à commencer par le mandat de sénateur qu'il n'a finalement pas brigué. Mais le mandat qu'il n'abandonnera pour rien au monde, c'est bien celui de Maire de Sarzeau.

Cette commune avec ses côtes et ses îles, avec ses 8.000 habitants qui montent à 50.000 l'été, représente la moitié de la presqu'île de Rhuys. C'est là où il a toujours vécu, où ses grands-parents furent agriculteurs, où son père a été adjoint du précédent maire, et dont il a lui-même rêvé d'être maire, "dès que j'ai été haut comme trois pommes". Et c'est cette passion que David Lappartient a tenu à raconter devant ses proches conviés pour fêter cette fameuse Marianne d'Or.


"Être maire, c'est avoir le pouvoir de faire les choses"

Parmi eux, Muriel Jourda, la sénatrice, Nicole Le Peih, la députée, quelques maires des communes voisines, échappés de la Porte de Versailles où se tient leur congrès national, des collaborateurs de l'Hôtel de Ville et de l'UCI, une figure légendaire du cyclisme Français, Marc Madiot, le directeur sportif de la Française des Jeux, et... ses parents, aussi discrets que fiers de leur rejeton.

"Etre maire, c'est avoir le pouvoir de faire les choses", confie-t-il. "C'est un mandat de la réalisation, même s'il faut un peu de temps pour faire évoluer sa ville. Les gens viennent me voir, même si les sujets qui les intéressent dépassent mes compétences. Vous vous débrouillerez bien avec ça, Monsieur le maire."

Élu de justesse en 2008, à 25 ans, il a été réélu avec plus de 70% des voix, en 2014. "On n'est pas réélu par hasard", confie David Lappartient. En dépit de ses voyages à travers le monde, nul doute que le président de l'UCI laissera donc le temps nécessaire à son double, l'élu local. D'ailleurs, il garde un œil sur le club de son cœur, le Vélo Sport de Rhuys qui compte parmi ses licenciés un certain... Nicolas Sarkozy.

Son agenda est tendu mais pour filer la métaphore sportive, on dira que Denis Lappartient est un puncheur. Il n'oublie pas non plus sa formation d'urbaniste et de géomètre, lorsqu'il rappelle la bonne nouvelle : "Le prochain Tour de France fera étape à Sarzeau, avec la plus longue et la plus belle ligne droite." Ce jour-là, le puncheur laissera volontiers la vedette aux sprinters.