F.R.M.C: Home Actualités Le vélo marocain reprend ses droits

Le vélo marocain reprend ses droits

De la planification et des actions pour l'avenir

 Les coureurs marocains , jadis dédaignés, sont, dorénavant, mis à l'abri de l'impondérable : ces surprises qui menaçaient, constamment, la vie quotidienne des sportifs. Ces sportifs qui avaient porté leur choix sur un sport autre que le sport-roi. En somme, ceux qui n'appartenaient pas à la case, très prisée, des joueurs du football.

fSes coureurs sont logés, nourris, «entraînés »… ; bref, pris en charge par le CNOM. Contacté, le président de la Fédération royale marocaine de cyclisme, Mohamed Belmahi, estime que les objectifs du premier half de la saison, marqué surtout par l'organisation de la 22e édition du Tour du Maroc, ont été atteints. Une édition au tracé très particulier puisque le vélo national s'est rendu dans des régions qu'il n'a pas visitées depuis longtemps. Après le littoral marocain, la Caravane du Tour 2009 s'est rendue dans un espace aride, ensoleillé et qui a mis l'endurance des coureurs à rude épreuve. Dans cet ordre d'idées, la Grande Boucle nationale ne s'est pas départie de son caractère ardu. Car les coureurs professionnels qui ont peuplé le Tour n'ont pas manqué de mettre l'accent sur sa difficulté. Mieux encore ! Ils l'ont affirmé à chacune de leurs déclarations.

  Et d'ajouter que le Tour pour lequel les organisateurs ont reçu les congratulations de Pat Mc Quaid, président de l'Union internationale cycliste (UCI). Le nombre des satisfactions leur a fait oublier le déficit considérable enregistré dans le budget du Tour. Le comportement de nos équipes nationales n'a pas manqué de faire très grosse impression. Depuis le début de la compétition, les équipes nationales «A» et «B» ont occupé les places d'honneur. Avec comme bonus une victoire d'étape remportée par Adil Jelloul grâce à un sprint remarquable, précise notre interlocuteur. Pour lui, vaincre ces professionnels dans un sprint, c'est dire la force de nos coureurs. Un effort colossal apprécié par le CNOM qui a misé sur ces jeunes pétris de qualités et justement récompensés, puisque nos coureurs sont maintenant éloignés du besoin et de l'ennui. Ils sont pris en charge par le Centre sportif des FAR où ils ont été soumis aux entraînements assidus et à un régime alimentaire adéquat avec salaire mensuel. Ces coureurs, autrefois délaissés, jouissent dorénavant de toutes les garanties et peuvent suivre leurs entraînements en toute sérénité (avec moyens matériels, logistiques et techniques mis à leur disposition)». 

Une préparation poussée en vue des rendez-vous internationaux en l'occurrence, les Championnats du monde, les Jeux méditerranéens, les Jeux islamiques, les Jeux de la Francophonie et les Jeux Olympiques 2012 de Londres. «Les encadreurs peaufinent, comme il se doit, cette préparation sur laquelle nous comptons énormément. Nous allons concentrer également nos efforts sur la pratique du VTT, de la piste et le cyclisme féminin et l'ouverture prochainement de l'Ecole du cyclisme. A cela s'ajoute le respect absolu du calendrier national avec 64 courses et circuits fermés répartis dans toutes les régions du Royaume», souligne Belmahi. En tous les cas, le cyclisme, chanceux comme il vient de l'être, voit se profiler à l'horizon des jours heureux et une perspective très encourageante, surtout grâce à une équipe féderale dévouée  et patriotique . Puisse-t-il en profiter pleinement.  Le cyclisme  marocain enfin reconnuLe vélo national va, vraiment, couler des jours heureux. Si l'on se réfère au programme ambitieux et aux moyens gigantesques qui l'attendent, la petite reine fera parler d'elle en beaucoup de termes élogieux. Pour peu que la FRMC s'en rende compte, c'est l'opportunité rêvée pour le cyclisme de faire un bond géant qu'il attend depuis des lustres. Ecole de vélo, jeunes, VTT, piste, féminines et toutes les disciplines dérivées vont pouvoir profiter de cet état de grâce. Pourvu que l'on  laisse" ce commando " travailler en paix pour que le sport national puisse en  tirer profit.